Block title
Block content

Nous ne pouvons parler d'alternative que pour des choses comparables ou qui peuvent se remplacer mutuellement suite à l'absence de l'une ou de l'autre.

Une alternative supposerait donc, une autre possibilité de pouvoir intervenir sur un lieu en utilisant une autre manière pour plus ou moins le même résultat.

La géobiologie englobe une connaissance de certains phénomènes telluriques de la terre, qui n'est à l'heure actuelle, en grande partie, basée que sur une connaissance humaine des phénomènes invisibles.

Il existe plusieurs types de géobiologie, mais principalement deux qui se différencient par leur approche :

 

La première approche est de repérer les différentes nuisances, de les quantifier et de mettre en place une proposition de déplacement physique des pôles d'activités quotidiens. Ceux-ci peuvent concerner le lit et la chambre, la chaise du bureau, ou les lieux de repos …

 

Ce type de géobiologie est la plus classique et la plus commune. Elle nécessite de connaître les principales sources de perturbations d’un lieu et de savoir les repérer précisément.
Cette géobiologie ne s'implique pas ou peu dans des possibilités de transformation ou de transmutation de l'aspect vibratoire du lieu.

 

             La deuxième approche :

 

Celle de repérer aussi les nuisances, mais plutôt que de tout déplacer :de proposer quand cela est possible, un rééquilibrage du lieu en utilisant pour cela des outils (pierres, menhirs, fils de cuivre...) qui se positionneront à des endroits précis du lieu. Ceux-ci seront informés par l'intention du géobiologue, en se servant des « points vitalisant» ou « dévitalisant », de manière à rééquilibrer au mieux l'espace de vie.

 

Cette méthode est déjà plus intéressante, par l'opportunité qu'elle donne de pouvoir intervenir sur les   perturbations.

 

Nous pouvons trouver d'autres manières dont certaines avec des approches plus mentales de l'invisible (tracés régulateurs). D'autres utilisant certaines notions de géométrie sacrée, de manière à incorporer le lieu dans un ou des espaces géométriquement vibratoires. A mon sens, certaines de ces techniques ne prennent pas ou peu suffisamment en compte l'aspect évolutif des habitants et des sous-sols de la planète.
« Enfermer » un espace de vie dans un tracé « physique vibratoire » quelconque reste limitant et souvent peu précis, induit une vibration, une information qui ne donne pas le sentiment d'une possibilité d'évolution pour le lieu et l'habitant.

Il existe aussi quantité d'autres méthodes, dont certaines plus ouvertes, qui acceptent et prennent en compte dans leur travail l'existence « d'entités » ou « d'âmes errantes » et entament un travail de purification du lieu et de raccompagnement de ces présences perturbantes.

Une grande partie des géobiologues aujourd’hui ont aussi compris l'importance de l'espace physique et de son organisation et incluent dans leur intervention les principes du feng shui.

Cette réorganisation physique de l'espace de vie est primordiale pour un travail qui essaye de prendre le lieu dans sa globalité. Cela permet de retirer des points « d'acupuncture » négatifs, comme certaines couleurs, meubles ou cloisons qui induisent négativement les habitants et les freinent à réaliser leurs aspirations.

Dans tous les cas de figure, la qualité vibratoire de l'intervenant est aussi primordiale. Car nous ne pouvons incarner que ce que nous sommes. Et les énergies mises en place seront dans des proportionnalités égales au potentiel vital, mental et spirituel du géobiologue.

D'autres méthodes cherchent à aller plus loin dans l'harmonisation vibratoire, mais demandent  certaines capacités subtiles.

Comme par exemple, celles de :

 

  • Repérer les « autres présences » qui vivent sur le lieu et qui peuvent avoir pris refuge à l'intérieur ou extérieur de l'espace de vie.
  • Comprendre les autres perturbations subtiles qui ne concernent pas les nuisances habituelles (sources, failles, électromagnétisme).
  • Entamer un travail de guérison des mémoires du lieu et de certaines mémoires causales des habitants en accord avec les guides et autres présences des plans de lumière.
  • Négociation avec certains habitants invisibles du lieu, de manière à réorganiser certains phénomènes invisibles qui ont une action dévitalisante sur le lieu.
  • Harmonisation du lieu avec les esprits de la nature en les laissant garant de cet espace vibratoire.
  • Créer une alliance fraternelle avec les êtres responsables des énergies cosmotelluriques afin d'assurer protection au lieu et d'incorporer un processus évolutif à l'harmonisation.

L'Holosynergie fait partie de ces approches qui incorporent d'une façon plus globale les différentes composantes de l'espace de vie.
Ceci en intégrant l'importance d'un réaménagement du lieu dans la matière, et d'une compréhension que l'image du lieu est à l'image de l'habitant.
Une harmonisation doit pouvoir mettre le doigt sur les résonances dans la vie de l'habitant qui ont incarné les déséquilibres dans le lieu et des solutions qui doivent être mises en place pour y remédier.

Nous pourrions dire que l'Holosynergie n'est pas une alternative à la géobiologie, mais qu'elle est, à n'en pas douter, son avenir dans un futur proche.

Par ses résultats, son efficacité et les nouvelles possibilités qu'elle offre, elle englobe bien plus que ce que la géobiologie simple ne peut offrir à l'heure actuelle.

Un futur proche ou nous serons suffisamment ouverts pour percevoir que la planète et toute la nature qui nous entoure est vivante. Que les « présences » qui vivent et organisent la nature sont conscientes et ne demandent qu'à prendre contact et collaborer avec nous pour une vie meilleure.

L'Holosynergie est aujourd'hui une possibilité dont nous pouvons dès aujourd'hui tous bénéficier et apprendre. Ceci afin d'œuvrer et de parfaire l'unité que nous désirons tous au fond de notre cœur pour cette planète et notre humanité.

François Breton

Partager